Déclenchement NOVI à Munchhouse

19h30, de nombreux appels "tombent" au CTA pour un accident de la circulation.
Un Bus et un véhicule de tourisme sont entrés en collision sur la A132, il y a des dizaines de victimes, certaines seraient inconscientes ! Un important dispositif va devoir être mis en place, mais heureusement, cette fois ci, il s'agit d'un exercice...

Le premier chef de groupe sur les lieux confirme l'accident gravissime, et demande le déclenchement du plan NOVI (NOmbreuse VIctimes). Le personnel du VSAV procède à un premier triage et c'est l'occasion de tester la méthode de tri "START".

A partir de ce moment là, c'est toute une machinerie qui se met en route. L'échelon de commandement se met en place, les services concernés sont mis a contribution, les consignes fusent, les informations circulent. C'est ainsi que le PC site a été activé, rapidement l'autoroute a pu être coupée, la décision d'accéder a l'accident en remontant le sens normal a pu être prise, la disponibilité de 5 hélicoptères confirmée etc.

Un scénario réaliste

Cette exercice a eu lieu le 14 juin 2012 entre 19h30 et 22h30 à Munchhouse et a eu pour but d'évaluer les moyens et leur mise en oeuvre en temps et en taille réel.

Le scénario de cette manoeuvre d'ampleur consistait en un accident entre un bus de touriste et un VL, suivi d'un sur accident entre un VL et un piéton sur la voie de circulation opposée. Ainsi de nombreuses "fausses victimes" plus ou moins blessées ont été mise en place dans les différents véhicules. Un début d'incendie a rapidement du être maitrisé.

Une structure NOVI (voir encadré) normale est réalisée en deux secteurs dirigés par:
- Un chef de secteur secours à personnes, officier de sapeurs-pompiers, choisi par le COS auquel est adjoint un médecin de sapeurs-pompiers désigné par le Directeur des Secours Médicaux (DSM). Ils sont chargés de la mise en place du secteur secours à personnes.
- Un chef de secteur secours techniques, officier de sapeurs-pompiers, choisi par le COS et chargé essentiellement de la lutte contre le sinistre initial. (Source doc de travail)

Un exercice, des leçons

L'ensemble de la manoeuvre a été méticuleusement observée par des officiers du SDIS afin d'en tirer tous les enseignements utiles en cas d'accident réel.
Au final, ce n'est pas moins de 70 sapeurs pompiers et 30 véhicules qui ont été mobilisés pour venir en aide à 21 victimes parmi lesquelles on a dénombré 10 urgences absolues, 9 urgences relatives, 2 impliqués et 5 décédés. La manoeuvre sur le terrain s'est terminées vers 22h30, l'ensemble des acteurs s'est retrouvé autour d'un repas mitonnées par le personnel de l'URAV.

Généralités :

Pour faire face aux interventions portant sur de nombreuses victimes, il est indispensable de prévoir la mise en oeuvre d’un plan d’actions immédiates et coordonnées qui s’appuiera notamment sur les moyens du Service Départemental d’Incendie et de Secours (SDIS) et sur les moyens d’aide médicale urgente des hôpitaux coordonnés par le Service d’Aide Médicale d’Urgence (SAMU).
C’est le mode d’action « ORSEC nombreuses victimes » qui se substitue à l’ancien « Plan Rouge ».
Il s’intègre au dispositif général de l’Organisation de la Réponse de la SEcurité Civile.
Son objectif est de pouvoir engager rapidement les moyens suffisants en personnels et en matériels
des services de secours et de soins médicaux, publics, privés et/ou associatifs et de mettre en oeuvre une organisation du terrain adaptée avec une coordination efficace des différents acteurs, pour une rapide prise en charge des victimes sans désorganiser les structures hospitalières.
(Source document de travail)



Le mode d’action ORSEC nombreuses victimes est un plan de secours aux personnes dont l’activation est décidée dans une situation accidentelle de grande ampleur faisant d’emblée apparaître ou laissant supposer de nombreuses victimes.

Il n’existe pas de seuil de déclenchement du mode d’action ORSEC NOVI, toutefois on peut
l’envisager à partir de la présence d’une dizaine de victimes devant être potentiellement transportées à l’hôpital.

La décision d’activation du mode d’action ORSEC NOVI, seul ou concurremment à d’autres dispositions ORSEC appartient au Préfet après évaluation de la situation par le Commandant des
Opérations de Secours (COS), ou selon l’événement décrit à l’appel.
Le Préfet devient alors le Directeur des Opérations de Secours et est assisté dans cette tâche, sur le
terrain, par le Commandant des Opérations de secours (COS). (Source document de travail)


Cliquez sur les images pour agrandir

2ème trail des sapeurs pompiers 2018 en photos

IMG 3542

Suivez nous sur Twitter